Bagoo, gros chat noir sans dieu ni maître

  • Par chat-noir
  • Le 06/04/2012
  • Commentaires (0)

bagoo-sans-dieu-ni-maitre.jpgBagoo, un énorme chat noir, s'est installé sur les genoux de Nadine Lagrange. La présidente du Comité du chat libre de Saint-Ambroise (11e) esquisse un sourire : « Je suis la seule à pouvoir le caresser. » Bagoo mène sa vie comme il l'entend et n'a d'affection à rendre à personne. C'est un chat libre. Comme plusieurs centaines de félins dans la capitale, il n'a pas de maître. « Beaucoup de ces chats ont été abandonnés », explique Nadine Lagrange. « Les particuliers ont du mal à les stériliser, ils se retrouvent avec des portées et les abandonnent dans les parcs et jardins. » Les chats se retrouvent dans les cimetières, les cours d'immeubles végétalisées, les squares, certains hangars. Au Père-Lachaise, ils seraient environ quatre-vingts. « Les chats vivent très peu dans les rues, car ils se font écraser », souligne Nadine Lagrange.
Depuis 1999, les chats errants ne sont plus systématiquement conduits à la fourrière. Ils peuvent acquérir le statut de « chat libre ». Légalement, le dossier dépend de la préfecture de police, mais en pratique, leur responsabilité incombe à des associations. « Elles ont un rôle indéniable dans la régulation de la population de chats », commente-on à la Ville de Paris. Parfois, des habitants s'en occupent. Mais un chat coûte cher. Pour chaque animal, la visite initiale chez le vétérinaire représente 150 €. La Ville verse quelques subventions. Nadine Lagrange, elle, met de sa poche et compte sur les amoureux des chats. Quand à Bagoo, insouciant, il se régale de sa pâtée.

C.F/20 minutes.fr

separation.jpg

chat noir protection animale chat noir Paris

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.