KASPAR, le chat noir le plus heureux du monde

Chat noir Le Savoy

Le célèbre hôtel londonien, le Savoy, est depuis son ouverture en 1889, le summum du style et de l'élégance. Depuis le début, cet établissement met un point d'honneur à satisfaire tous les besoins et désirs de ses clients. C'est pour cette raison que les malheureux évènements qui se produisirent en 1898 furent si déconcertants. Un soir, Woolf Joel, un homme d'affaires sud-africain réserva un dîner pour quatorze personnes. Or, à la dernière minute, un invité se décommanda, réduisant du même coup  le nombre de convives au chiffre fatidique de treize. Bien sûr Joel connaissait la vieille légende qui veut que le premier convive qui se lève après le repas connaîtra le plus grand des malheurs. Mais il préféra rire de ces fadaises et, dans un geste de grand seigneur, prit sur lui d'attirer toute éventuelle malédiction en quittant la table le premier.

C'était courageux, bien qu'un peu téméraire. Peu de temps après son retour en Afrique du Sud  , Woolf Joel fut retrouvé assassiné dans son bureau.

La tablée organisée cette nuit-là au Savoy avait-elle vraiment un lien avec ce drame ? La direction de l'hôtel préféra ne pas prende de risques. Ainsi, pendant des années, un membre du personnel se tint à la disposition des clients et dinait avec eux (aux frais de la maison bien sûr), pour éviter qu'ils se retrouvent à treize autour de la table. Cependant, certains trouvaient gênant d'avoir un convive étranger parmi eux. C'est pourquoi on envisagea une autre solution, permanente cette fois et surtout moins problématique. En 1927, une statue en bois d'un mètre de hauteur représentant un chat noir fut commandée à l'artiste Basil Ionides. La sculpture de style Art déco baptisée Kaspar servait à compléter les groupes qui, à table, se retrouvaient  au nombre de treize.

Depuis lors, Kaspar est devenu une célébrité du Savoy, il est même souvent réclamé par des convives, qu'ils soient ou non treize à table. Comme on le ferait pour les autres clients, on installe le couvert de Kaspar et on change son assiette après chaque servi ce. Les serveurs nouent même une serveitte autour de son cou.

Au fils du temps, Kaspar aura donc déjeuné et dîné avec un nombre incroyable de personnalités illustres. Il devint , par exemple, le convive préféré de Winston Churchill, qui dinait souvent au Savoy. Premier ministre pendant la guerre, le grand homme avait dû venir un jour au secours de Kaspar : des membres de la Royale Air Force, histoire de faire une blague, l'avaient kidnappé ! Evidemment, Churchill s'arrangea pour qu'i soit relâché au plus vite. Si le Premier ministre britannique l'aimait tant, c'est peut être parce que Kaspar ne répétait jamais, absolument jamais, tout ce qui s'était dit devant lui à table.

Chat noir Le Savoy

Source : Histoires de chats qui ont changé le monde - Sam Stal
Photo : chat noir décoratif  le Savoy

 

×