Les chats noirs Robert de Laroche

R de Laroche

  Chers amis des Chats noirs,

 

Je sais que vous êtes nombreuses et nombreux à les aimer, à penser qu'ils ont quelque chose de spécial, une beauté et un mystère qui nous les rendent plus attachants encore que les chats possédant une robe d'une autre couleur. Magnifiques chats noirs ! Commentimaginer que de nos jours encore, il se trouve des abrutis, des gens superstitieux et obtus, pour continuer à les craindre et à leur vouloir du mal ?

Je n'ai pas envie de m'attarder sur ce douteux héritage du moyen âge, qui prenait le chat noir pour le démon et les dernières prêtresses du culte de Bastet et de Diane pour des sorcières. Comme l'a si bien résumé François Augustin Paradis de Moncrif, premier défenseur du chat noir, dans son ouvrage Les Chats (1727) : « IL EST VRAI QUE LA COULEUR NOIRE NUIT BEAUCOUP AUX CHATS DANS LES ESPRITS VULGAIRES ; ELLE FAIT SORTIR DAVANTAGE LA COULEUR DE LEURS YEUX ; C'EST ASSEZ POUR LES CROIRE AU MOINS SORCIERS. »

Donc, je n'insisterai pas. Je préfère vous raconter ma première rencontre avec un chat noir. Une chatte, pour être plus exact. J'avais croisé déjà plusieurs chats noirs, dans mon enfance, à la campagne, mais la rencontre de Cléo devait être pour moi déterminante…

C'était dans mon village de Normandie. Depuis longtemps, je désirais un chat, quand j'entendis parler d'un chaton qui se trouvait chez une fermière. J'y allais aussitôt, et demandai à la vieille dame si elle avait bien un chaton à adopter. Elle ouvrit des yeux étonnés, se mit à rire, puis me dit : « Si tu veux ! » avant de disparaître dans une grange, à la recherche du petit animal.

Je compris tout de suite la raison de son hilarité : le chaton - une petite femelle - était noir ! Bonne raison pour que personne n'en veuille, à commencer par le petit-fils de la dame, qui souhaitait un chat, mais avait refusé tout net en voyant la petite boule noire : ça portait malheur…

Ainsi donc, je rentrai à la maison avec, dans le creux de mes deux mains, cette minuscule minette qui piaillait. Je me revois encore, ivre de joie, mon précieux petit fardeau serré contre moi. J'en étais déjà fou. Je l'appelai Cléo. Toute la famille éprouva la même adoration pour la petite Cléo, qui devint une svelte et somptueuse chatte au long poil angora - allez savoir pourquoi ! - et dont la robe ne s'ornait que d'une petite médaille blanche au poitrail.

Cléo était un chat médium ; elle me fit comprendre bien des mystères du comportement félin. Les liens du chat avec l'ineffable aussi. C'est grâce à Cléo que je me mis à écrire, à la suite d'un rêve partagé (découvrez-le sur mon site : www.latourverte.com). Mon premier livre sur les chats - Le chat dans la tradition spirituelle - c'est à Cléo que je le dois. Elle figurait sur la couverture du deuxième, Chat noir, miroir des songes, où je prenais la défense des chats noirs qui étaient devenus, pour moi, le comble de la fascination. On me mit en garde (je ne blague pas !) : un chat noir en couverture d'un livre, ça allait me porter malheur. J'héritais en fait du Prix littéraire de la SPA ! Quant à Cléo, elle m'apporta seize ans d'un bonheur inouï, et un petit héritier - noir lui aussi - le joyeux Bidule, un adorable compagnon.

Je suis toujours resté fidèle aux chats de gouttière, trouvés ou adoptés, et si j'ai toujours également eu des tigrés, la dynastie des chats noirs s'est prolongée chez moi avec le célèbre Toto la Terreur, et le petit Oscar, dit Kiki. Le bonheur et l'inspiration ont toujours été au rendez-vous : je crois avoir écrit au moins vingt-cinq livres sur les chats.

Merci, les chats noirs ! Continuez de dispenser votre charme, votre beauté et votre affection.

Et vous qui les appréciez, faites passer le message : on ne répètera jamais assez qu'il faut les protéger, et qu'en les connaissant mieux, on ne pourra que les aimer.

Robert de Laroche


Monsieur Robert de Laroche, écrivain grand ami des chats noirs (et des autres aussi), nous fait l'honneur d'offrir ce texte en exclusivité pour nos Chats Noirs.Tous les chats noirs et moi-même, vous remercions très sincèrement.

Ne manquez pas de faire un tour sur le site de sa maison d'Edition La Tour Verte

retour haut de page

×