Mon chat vieillit

Mon chat vieillit , que faire ?

Il a soufflé ses 15 bougies et n’a plus sa forme d’avant ? Les conseils d’Anne-Claire Gagnon, vétérinaire, pour qu’il passe ce cap en douceur.

A quel moment un chat entre t-il dans le troisième âge ?

Disons que généralement, vers 14 ans, il prend un coup de vieux. Son activité diminue. Il dort davantage. Cette baisse d’entrain s’explique par l’appauvrissement de ses facultés physiques. Sa vision devient floue, son odorat s’émousse. Il lui reste pourtant pas mal d’années devant lui. Bien nourri et bien soigné, il peut vivre en bonne santé dix-neuf ou vingt ans, voire davantage.

Quand faut-il s’inquiéter ?

Il faut observer son animal et surtout ne pas être fataliste en pensant : Il vieillit, c’est ainsi ! » Un changement de comportement cache souvent un problème de santé et doit amener à consulter. Aujourd’hui, nous disposons de moyens de dépistage et de médicament s efficaces, surtout si la maladie est décelée au plus tôt. A partir de l’âge de 7 ou 8 ans, même s’il a l’air en pleine forme, le chat entre dans la catégorie « sénior » et, tout comme pour nous autour de la cinquantaine, un check-up est conseillé. Il permet de détecter des dysfonctionnements avant que la maladie ne s’installe. Par la suite, une visite de contrôle annuelle est préférable.

Comment l’aider à bien vieillir ?

En respectant trois règles : à son âge, le laisser vivre à son rythme (plus lent) et lui prodiguer les soins nécessaires à sa dignité. Le chat a une façon de vieillir très stoïque, silencieuse et sans plainte. Même très âgé, il est d’une élégance incroyable. La propreté reste capitale pour lui et certaines pathologies comme l’arthrose peuvent l’entraver dans sa toilette. Il n’arrive plus alors à se lécher partout et prend un air négligé. A vous de l’aider en brossant doucement son poil, en inspectant ses yeux et ses oreilles, en égalisant ses griffes qu’il n’use plus. Vous pouvez également aménager son environnement en découpant un bord de sa litière afin qu’il y entre aisément, en installant des paliers pour qu’il continue à profiter de ses observatoires favoris. Il faut être vigilant à son contexte affectif. Tout changement dans sa vie, comme la disparition d’un vieux compère, votre deuxième chat ou même votre chien, peut déclencher une dépression. L’arrivée d’un petit nouveau plein d’énergie n’arrangera rien. Mieux vaut adopter un adulte plus calme sous réserve que leurs caractères soient compatibles.

De quel type d’alimentation a-t-il besoin ?

Passé 10 ans, ses besoins énergétiques diminuent d’environ 20%. Sa ration quotidienne doit comporter moins de viande et davantage de légumes. Après 15 ans, son transit intestinal se ralentit. Les reins et le foie se fragilisent. Il existe des aliments adaptés au troisième ou au quatrième âge avec un taux de phosphore bas et des antioxydants qui couvrent les besoins physiologiques et atténuent l’assaut des maladies dues à l’âge. Donner pour moitié des croquettes et des aliments humides (pâtées) peut être intéressant : le vieux chat oublie parfois de boire.

Comment déceler la douleur et y faire face ?

Là encore, il faut être attentif. S’il souffre, il peut éviter certains mouvements ou tenter de vous mordre lorsque vous touchez la partie concernée. Aujourd’hui, nous avons les moyens et le devoir de lui éviter toute souffrance. On peut envisager des traitements de longue durée grâce aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (sans cortisone) qui permettent d’alléger les douleurs chroniques. Certains compléments alimentaires peuvent apporter un certain confort. Enfin, des médicaments à base de morphine sont parfois prescrits en cas de douleur intense.

Faut-il l’aider à partir ?

Incontestablement. Il y a un moment où l’on sent qu’il est prêt, quand il perd sa dignité, qu’il ne peut plus se lever pour faire ses besoins ou lorsqu’il est atteint d’une maladie incurable et qu’il souffre trop. La décision est difficile, mais c’est le dernier témoignage d’amour qu’on peut lui adresser.

Les maladies liées à l’âge

L’insuffisance rénale chronique et autres troubles urinaires qui fragilisent les reins font partie des maladies les plus fréquentes. Mobilisez-vous dès qu’il se met à boire beaucoup, c’est le symptôme !

L’arthrose, le diabète, l’hyperthyroïdie, les cancers, les maladies parodontales (atteintes concernant les tissus de soutien de la dent) dues à la formation de tartre sont également courantes. Il faut aussi surveiller les pathologies inflammatoires du tube digestif. Elles se traduisent, entre autres, par une constipation ou des selles sèches qui réjouissent souvent le maître ou la maîtresse car elles ne dégagent pas d’odeur. Du coup, il n’imagine pas que c’est le signe d’un malaise.

Source Femina - Reportage Danièle Boone


retour accueil chatsnoirs.com

retour haut de page

×